Emplacement

Maison du Roi

Datation

Entre 1780 et 1790

Type d'objet

bouilloire

Matériaux

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

"L. Cretté à Bruxelles" (en dessous de la verseuse)

Dimensions

hauteur 25 cm — longueur 24 cm — largeur 19 cm

Numéro d'inventaire

Gp.2019.1

Identifiant Urban

44132
voir plus

Description

La bouilloire, signée "L. Cretté à Bruxelles", est constituée de quatre éléments : un brasier, un réceptacle, une verseuse et un couvercle. Ce dernier s’adapte à la fois sur la verseuse et sur le réceptacle. Historiquement, les anses de la verseuse en laiton et bois tourné et celle plus sobre du réceptacle présentaient deux manques. Elles ont été reconstituées sur base d'autres modèles existants dont les formes et matières sont bien documentées.

Ce type d’objets apparaît au 18e siècle et était utilisé pour chauffer des boissons comme le thé ou le vin. Cette bouilloire est un bel exemple de l'indéniable influence française sur la production bruxelloise. En effet, cette forme originale est inconnue à Bruxelles et, plus largement, peu d’exemplaires de ce genre sont connus à l’exception de cinq pièces françaises (manufactures de Clignancourt et de Paris). Cela tend à démontrer que Cretté aurait acheté un modèle en France dans les années 1780. Quant au décor audacieux de la bouilloire qui marie remarquement le pourpre et les fleurs en grisaille, il semble plus récent et daterait de la toute fin du 18e siècle.

Une théière à décor similaire a été publiée dans l'Essai sur la porcelaine dite de Bruxelles par L. Lowet de Wotrenge. Dans cette publication, le décor est attribué au peintre Jean-Georges Schmidt, attaché à la manufacture de Cretté.

[Collection de la Fédération Wallonie-Bruxelles (inv. ACP27371), en dépôt au Musée de la Ville de Bruxelles - Maison du Roi]

Sources

L. Lowet de Wotrenge, Essai sur la porcelaine dite de Bruxelles, Léau, 1931, pl. L. 

Crédits

Discussion