Datation

1926

Type d'objet

Style

expressionnisme flamand

Exposition

Chefs d'oeuvres-Belgische kunst, 14 décembre 2021 — 13 février 2022

Inscriptions

"Gust De Smet " (b.g. : Gust De Smet)

Dimensions

hauteur 136 cm — largeur 120.8 cm (sans cadre)
hauteur 151.2 cm — largeur 136.2 cm — profondeur 5 cm (avec cadre)

Numéro d'inventaire

CC 1257

Identifiant Urban

28842
voir plus

Description

La scène évoque le monde portuaire, où durant la nuit les marins se soûlent en compagnie de prostituées. Gustave De Smet a déjà évoqué ce thème en 1925 dans sa gouache Femme et marin.Le traitement du sujet se fait avec poésie, légèreté, et sans aucun jugement. Les formes sont simplifiées, monumentales, sobres.

La composition a une parenté avec Le Déjeuner sur l’herbe, de Manet. Pourtant la stylisation de la beauté de la femme, la géométrisation des formes, l’absence de perspectives et l’usage fantaisiste des couleurs nous ramènent au cubisme. Du blanc, du rose pâle, du gris, du beige. Un dégradé de bleu. Des tons clairs et raffinés qui tranchent avec la palette plus rude d’autres expressionnistes flamands. Les coloris créent une atmosphère douce et sereine, que l’artiste a pris soin de respecter en affublant son bateau (De Zeearend - l’Aigle des mers) d’un pavillon néerlandais, plutôt que belge, afin de rester dans la même gamme de couleurs.

Sources

P.-G. VAN HECKE et É. LANGUI, Gustave De Smet - Sa vie et son oeuvre,  Éditions Lumières, Bruxelles/Paris, n°320.

 P. BOYENS, Gust. De Smet - Chronique et analyse de l'oeuvre, Fonds Mercator, Anvers, 1989, n°691 (p.380).

N. d'HUART et B. FORNARI, Musée communal d'Ixelles, Crédit communal (Musea nostra), Bruxelles, 1994, p.69.

Atlantica spécial Ixelles, mensuel, Biarritz, n°71, décembre 1999, p.22+ couverture.

C. DE POTTER (coord), Grenoble 1927, un panorama de l’art belge, Museum Felixart, Drogenbos, 29-01-2012-27/05/2012 , p. 278, éd. Pandora, 2012.

LEBLANC C. (dir.), L’Art belge. Entre rêves et réalités. Chefs d’œuvres du Musée d’Ixelles, ed. Silvana Editoriale, 2014.

Crédits

Discussion