Emplacement

Maison du Roi

Datation

Entre 1516 et 1518

Type d'objet

Techniques

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

(Présence de phylactères et armoiries dans les bordures reconstituées)

Dimensions

hauteur 342 cm — largeur 530 cm

Numéro d'inventaire

E.1963.1

Identifiant Urban

36755
voir plus

Description

La scène illustre le 3e épisode de la légende du XIVe siècle de Notre-Dame du Sablon, à l'origine de l'Ommegang. Cette tenture, consituée de quatre tapisseries, semble avoir été destinée à décorer la chapelle de la famille de Tassis en l'église Notre-Dame du Sablon.

À gauche, à l'avant-plan, Béatrice Soetkens enlève la statue de Notre-Dame et la cache sous son manteau. À l'arrière plan, Béatrice embarque la statue dans un bateau. Cette fuite peut avoir lieu grâce à deux miracles.
Dans la scène centrale, alors qu'on voit à l'arrière-plan le bateau remonter la Senne vers Bruxelles, les magistrats d'Anvers envoient un messager informer Bruxelles des miracles qui ont eu lieu.
Dans la scène de gauche, à l'arrière-plan, le messager remet sa lettre aux ducs de Brabant représentés sous les traits des Habsbourg. À l'avant-plan, François de Taxis reçoit, de la main des Habsbourg, son contrat de nomination à la tête du service des postes de l'empire.

Le sujet, une histoire locale plutôt que chrétienne ou mythologique, est remarquable. Les cartons ont été peints spécifiquement pour le commanditaire, François de Taxis, par Bernard van Orley et n'ont donc servi qu'une seule fois.

Cette tapisserie, découpée en trois morceaux entre 1874 et 1893, fut reconstituée lorsque le Musée de la Ville fit l'acquisition des pièces centrale et latérale droite, en 1963. La scène de gauche était déjà entrée dans les collections en 1914.
6 à 7 fils de chaîne par cm.
À l'exception de deux fragments du premier épisode, disparus, les autres tapisseries de la tenture existent encore et se trouvent à Bruxelles (MRAH), Glasgow, Saint-Jean-Cap-Ferrat et Saint-Pétersbourg.

À côté de la tapisserie, le musée conserve quatre fragments de bordures, témoignant de l'histoire mouvementée de cette tenture. Le fragment le plus ancien semble provenir de la première tapisserie de la tenture, alors que les 3 autres sont issus d'un tissage mécanique du XIXe siècle.

Sources

DE MEÛTER, Ingrid, Tapisserie du temps de Charles Quint autour de la série de Notre-Dame du Sablon. Bruxelles : MRAH, 2015.

Tapisseries bruxelloises de la pré-Renaissance. Bruxelles : MRAH, 1978.
Crédits

Discussion