plus de photosmoins de photos
close the map

Eglise paroissiale de la Sainte-Trinité

Histoire de l’institution

La façade de l’église de la Trinité est en réalité un monument déplacé. Elle provient en effet de la place De Brouckère où se trouvait l’église des Augustins bâtie en 1620 d’après les plans d’un architecte baroque réputé, Jacques Francart (1582?1651). Fermée au culte catholique en 1814, elle servit de chapelle protestante, d’hôpital, de salle d’exposition et même de bureau des postes jusqu’en 1892. Devenue gênante par son emplacement, il fut d’abord question d’organiser son contournement, puis de la démolir. L’État, propriétaire du bien, en céda la façade en 1893 à la fabrique d’église de la Trinité. Les pierres furent numérotées puis transportées rue du Bailli où elles furent remontées par Jules Jacques Van Ysendyck (1836-1901). Cette façade constitue l’un des exemples les plus accomplis et encore conservé de l’architecture baroque à Bruxelles.

L’église actuelle de style néo-baroque fut édifiée en deux phases: la première en 1894?1895 d'après les plans de l'architecte Jules Jacques Van Ysendyck, la seconde en 1907-1908 par l'architecte Fernand Symons (1869-1942). En 1933, l'Association belge des Chevaliers de l'Ordre souverain et militaire de Saint-Jean de Jérusalem (ou Ordre de Malte), présidée par S.A.S. le prince Étienne de Croÿ, installe officiellement son siège dans l'église. L'ordre y affirme sa présence par le don de remarquables vitraux aux armes des chevaliers (transept et chœur), ainsi que par la construction, en 1934, d'une annexe d'après les plans de l'architecte Julien De Ridder (1891-1963). Cette extension, à hauteur du chœur, comprend une sacristie, un baptistère, une salle de catéchisme, une salle d'œuvre et une bibliothèque.

 Les premiers vitraux furent placés entre 1897 et 1898. Tous furent élaborés dans l'atelier de Louis de Contini (1854-1915). En 1933, les neuf vitraux du chœur et du transept commandités par l’Ordre de Malte sont achevés sous l'égide de Louis-Charles Crespin (1892?1953). Si les vitraux représentent des scènes traditionnelles telles que l'Annonciation, le Baptême du Christ, l'Ascension ou Saint-Georges terrassant le dragon, leurs qualités décoratives en font l'un des ensembles les mieux réussis de l'époque.

Source : http://www.orgues.irisnet.be/fr/Edifice/65/Eglise-de-la-Sainte-Trinite.rvb ; ; l’église est par ailleurs reprise à l’inventaire du patrimoine architectural de Bruxelles http://www.irismonument.be/fr.Ixelles.Parvis_de_la_Trinite.A001.html 

Contenu de la collection

Fermée au public et faisant l’objet d’un projet de réaffectation partielle ou totale depuis 2014, l’église a été partiellement vidée de son mobilier. Elle n’en conserve pas moins un ensemble intéressant de biens mobiliers et artistiques des XVIIe, XIXe et XXe siècles.

À  de rares exceptions près, les biens culturels mobiliers de l’église ixelloise ont été inventoriés et photographiés par l’IRPA en 1971, dans le cadre du Répertoire photographique du mobilier des sanctuaires de Belgique (COEKELBERGHS, D., Répertoire photographique du mobilier des sanctuaires de Belgique: province de Brabant, canton d’Ixelles I et II, Institut royal du patrimoine artistique, Bruxelles, 1979, pp. 19-20.)

Le patrimoine de la Trinité possède du mobilier provenant de l’ancien temple des Augustins : vingt-deux dalles funéraires dans le transept et les collatéraux; deux grandes statues en bois polychrome de sainte Monique et saint Augustin dans la nef centrale (XVIIe siècle ?), ainsi qu’un relief polychrome aux armes de Philippe IV d'Espagne (millésimé 1642), situé au-dessus du buffet d'orgue.

L’orgue de tribune néoclassique-rococo (Georges Haupt, ca. 1950) est repris à l’inventaire des orgues de la Région de Bruxelles-Capitale (http://www.orgues.irisnet.be/fr/DetailOrgue/96/app.rvb) .

La majorité des biens culturels mobiliers a été inventoriée et photographiée en noir et blanc par l’IRPA en 1971. Cet inventaire a été actualisé et mis à jour par l’IRPA à l’initiative de la Région bruxelloise en 2019.

Bibliographie indicative

Ouvrages

ABEELS, G., Démolition du temple des Augustins, la Senne, Ministère de la Communauté française, s.d., pp. 79-82.

ABEELS, G., Les pionniers de la photographie à Bruxelles, bibliothèque européenne, Pays-­Bas, 1977, pp. 84-87.

Bruxelles, construire et reconstruire. Architecture et aménagement urbain 1780-1914 (catalogue d'exposition), Crédit Communal de Belgique, Bruxelles, 1979, pp. 117-121.

Bruxelles, Monuments et sites classés, Région de Bruxelles-Capitale, Service des Monuments et Sites, 1994, p. 45.

CAPELLE, P., OSAER, T., VAN INNIS, G. (coll), et al., Les églises à Bruxelles, Mechelen, 1995.

COEKELBERGHS, D., Répertoire photographique du mobilier des sanctuaires de Belgique : province de Brabant, canton d’Ixelles I et II, Institut royal du Patrimoine artistique, Bruxelles, 1979, pp. 19-20 [IRPA : KIKIRPA.REP.BRU.fr (048605) ; En ligne]

DEROM, P., Les sculptures de Bruxelles. Catalogue raisonné, Patrick Derom Gallery, Bruxelles, 2002, p. 109.

DES MAREZ, G., Traité d'architecture dans son application aux monuments de Bruxelles, Touring club de Belgique, Bruxelles, 1921, pp. 151, 233-236, 238.

DES MAREZ, G., Traité d'architecture dans son application aux monuments de Bruxelles, Touring club de Belgique, Bruxelles, 1958, pp. 362, 363. 

DUBREUCQ, J., Bruxelles 1000. Une histoire Capitale. Volume 5. Section 5 dite « la section de la Monnoye », 1998, pp. 395, 423, 424.

KATSANOU, V., PEETERSILLE, C., et al., Église de la Sainte-Trinité Ixelles & Saint-Gilles, Summary of project work. Integrated Project Work, Conservation project for a building and its urban context (Mémoire Centre Raymond Lemaire pour la conservation, KUL), 2004-2005. 

PHILIPPOT, P., COECKELBERGHS, D., LOZE, P., VAUTIER, D., L'architecture religieuse et la sculpture baroques dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège 1600-1770, Pierre Mardaga éditeur, Liège, 2003, pp. 59-61.

PIRET, P., L’église de la Trinité : un avenir possible ? (mémoire de fin d’études), Institut supérieur d’Architecture Saint-Luc, Bruxelles, 1998.

PLANTENGA, J. H., L'architecture religieuse dans l'ancien duché de Brabant depuis le règne des archiducs jusqu'au gouvernement autrichien (1598-1713), éd. Martinus Nijhoff, Lahaye, 1926, pp. 57- 68.

TERLINDEN, Ch., Histoire du temple des Augustins et de l'église de la Sainte-Trinité, Éd. J. Duculot, Gembloux, 1964, pp. 1-47 

VAN HAVERMAET, H., Le temple des Augustins à Bruxelles, Alliance typographique, Bruxelles, 1890.

 

Périodiques

 LOMBAERDE, P., « Projet de l'église de la Trinité », A+, 61, 1979, pp. 17, 18.

DE VOS, T., « Présence à Ixelles de l'ordre des Chevaliers de St Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte », Brabant Toerisme, 1, 1985, pp. 44, 45.

 DE VOS, T., « Les vitraux de l'église de la Trinité à Bruxelles se rapportant à l'Ordre Souverain de Malte », Brabant Toerisme, 1, 1987, pp. 44?46.

« Ixelles : Église Sainte-Trinité », Bulletin CRMS, XXXII, 1893, p. 196.

« Ixelles : Église Sainte-Trinité », Bulletin CRMS, XXXV, 1896, p. 43.

« Ixelles : Église Sainte?Trinité », Bulletin CRMS, XLIII, 1904, p. 25.

HAINAUT, M., « L'église de la Trinité », Mémoire d'Ixelles, 63?64, 1996, pp. 27?52. 

« Église des Augustins », Nouvelle rare de Bruxelles, 1, 1843, pp. 35-37.

 

Presse

BAUDELOT, M., « Trinité : Ixelles prête à rouvrir l'église, St?Gilles pas… », La Capitale, 09.07.2004.

DUPREZ, M., « L'hôpital Brugmann poursuit sa rénovation. Classée, la chapelle sera restaurée », Le Soir, 19.04.2005. 

V. J., « Un opéra à la Trinité ? », La Tribune de Bruxelles, 124, 19.05.2005.

Études inédites

Église de la Sainte?Trinité à Bruxelles. Dossier d'expertise et annexe, Bureau Origin Engineering & Architecture, Bruxelles, mai 2004. 

Communes d'Ixelles et de Saint?Gilles. Étude pour la conservation des vitraux de la nef et de la façade occidentale de l'église de la Trinité, étude inédite, Bruxelles, Institut royal du Patrimoine artistique, 2005.

Crédits

Institution responsable de la collection : Fabrique d’église de l’église de la Sainte-Trinité

La collection présentée sur le site régional est principalement le fruit d’une collaboration entre la Région de Bruxelles-Capitale (Urban.brussels) et l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA).

 

Origine des photos

Chaque photographie est assortie d’une légende et d’un copyright qui mentionne l’institution responsable ou l’auteur. La collection de l’église a fait l’objet d’une mission photographique spécifique réalisée par l’IRPA à l’initiative d’Urban en 2019, à laquelle a participé la photographe Barbara Felgenhauer.


Création, recherches et rédaction des fiches d’inventaire

Toutes les fiches de la collection de l’église ont été créées par Constantin Pion (IRPA) et Adrien Dominique (Urban) ainsi que par d’autres membres du personnel de l’IRPA.

 

Remerciements : Charles d’Alançon et Clotilde Barbier (fabrique d’église)

Infos pratiques

parvis de la Trinité

Sur monument.patrimoine.brussels

Retrouvez Eglise paroissiale de la Sainte-Trinité sur
l'inventaire du patrimoine architectural.