Emplacement

Maison du Roi, Exposé

Datation

1887

Type d'objet

Matériaux

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

(Signé et daté, partie inférieure droite)

Dimensions

hauteur 75 cm — largeur 56 cm

Numéro d'inventaire

K.1897.9

Identifiant Urban

46615
voir plus

Description

Le peintre hollandais Dommershuizen, spécialisé dans les paysages pittoresques, les marines et les vues urbaines, s’est notamment arrêté à Bruxelles. Il représente ici l’intense animation régnant aux pieds de l’Hôtel de Ville lors du marché dominical.

Depuis son aménagement au Moyen Age, la Grand-Place est restée un lieu d’échange commercial essentiel. En cette fin du 19e s., elle accueille en semaine un marché matinal destiné aux grossistes en fruits et légumes ainsi qu’un marché aux fleurs. Le dimanche est réservé à la vente d’animaux et de produits maraîchers.

Sur la gauche du tableau, plusieurs chiens attendent leurs nouveaux maîtres, à qui ils serviront d’animaux de compagnie ou bien de moyens de traction pour les charrettes.

Au centre de la composition, on remarque les cages à oiseaux vendus pour la qualité de leur plumage ou de leur chant, tandis que les pigeons voyageurs sont recherchés par les colombophiles pour les concours de vitesse.

Enfin, les légumes cultivés dans les environs de Bruxelles sont présentés sur des tréteaux, de petits véhicules à roulettes ou encore dans des paniers.

Parmi la foule abondante, on note la présence de marchands ambulants. Des carrioles et un tramway tiré par des chevaux contribuent aussi à l’agitation des lieux.
Au cours de la seconde moitié du 20e s., l’activité de marché finira par disparaître de la Grand-Place.

La vue représentée est très proche de celle que nous connaissons aujourd’hui. Les maisons de la Grand-Place font l’objet d’un processus de restauration entamé dans les années 1840 qui sera complètement achevé au début du 20e s. Il vise à rendre aux maisons l’aspect qu’elles présentaient lors de leur reconstruction après le bombardement de la cité en 1695.

On remarque toutefois que la Maison de l’Etoile située à gauche de l’Hôtel de Ville est absente de la peinture. Elle ne sera en effet reconstruite que 10 ans plus tard, tout en étant dotée d’une galerie inexistante à l’origine, ceci afin de conserver un accès aisé à la place.
Crédits

Discussion