Datation

1889

Type d'objet

Style

réalisme

Inscriptions

"A. Stevens" (signature : en bas à gauche - peint)
"H. Gervex" (signature : en bas à droite - peint)

Dimensions

hauteur 800 cm — largeur 600 cm

Numéro d'inventaire

1338T

Identifiant Urban

66358
voir plus

Description

Cette toile est l’un des fragments subsistants du Panorama de l’Histoire du Siècle, réalisé conjointement par Alfred Stevens et Henri Gervex pour l’Exposition Universelle de Paris de 1889. Il avait été installé dans une rotonde éphémère construite pour l’occasion dans les Jardins des Tuileries. 
Il s’agissait d’une bande de toile circulaire ininterrompue de 20 m de haut sur 120 m de long courant le long des murs du bâtiment et sur laquelle figuraient, devant un immense portique à la gloire de la République, plus de 640 figures de personnalités, écrivains, artistes, hommes politiques, révolutionnaires, militaires, savants, qui ont façonné la France entre 1789 et 1889. Pour Gervex qui en eut l’idée, il s’agissait de rehausser aux yeux de l’étranger le prestige perdu de la France après la défaite de 1870. 
Faute d’un lieu pour recueillir l’œuvre après l’exposition, les actionnaires de l’entreprise se partagèrent l’ensemble. L’Entrée triomphante de Napoléon aux Champs-Elysées est le fragment le plus spectaculaire qui a été retrouvé, tant par ses dimensions que par l’ampleur de la scène et par le nombre de personnages. La scène est également le premier volet de l’enchaînement chronologique de l’œuvre. Débouchant dans le Jardin des Tuileries, l’empereur est accueilli par l’impératrice placée sous un dais, et par les militaires et les dignitaires du règne. Plusieurs études de figures à l’huile et au crayon sont conservées dans des musées et des collections particulières, et l’une des quatre esquisses du Panorama que possèdent les Musées royaux des Beaux-Arts contient l’idée première de l’Entrée de Napoléon à Paris (inv. 6075 ; cliché IRPA B232771). 
Le tableau a été donné par Paul Dansette à la commune de Saint-Gilles en 1905. Le 8 février de la même année, l’immense toile a été transportée à l’hôtel de ville par l’Administration des Chemins de fer, pourvue d’un cadre confectionné par la société F. Mommen & cie. Elle a été placée dans le vestibule contre le mur de séparation avec la salle Cérès au 1er étage, endroit qu’elle occupe toujours actuellement. Elle a été restaurée par Camille Denu en 1909 au prix de 1.000 fr. 

Auteur : Association du Patrimoine artistique, M. Grappasonni et A. Jacobs, 2020

Sources

REINACH, J., Histoire du Siècle 1789-1889 : Peinture de Alfred Stevens et Henri Gervex,,  Floucaud & Cie, Paris,1889, p. 10 et 11.

CREPET, J., « Lettre ouverte à M. Auguste Blaizot », Le Manuscrit autographe, 7e année, 40, octobre-novembre-décembre 1932, p. 128. 

DERREY-CAPON, D., de PATOUL, B., MARECHAL, D., Alfred Stevens (1823-1906) et le Panorama de l’Histoire du Siècle, Les Cahiers des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, n°5, Bruxelles, 2009, p. 182.

LEROY, I., La peinture de panorama et son développement en Belgique, thèse ULV, 1988, 2 vol. + Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie, ULB, 1991 ss

Voir la fiche originale de cet objet : balat.kikirpa.be

Crédits

Discussion