Emplacement

Maison du Roi, Exposé

Datation

Entre 1401 et 1402

Type d'objet

Matériaux

Style

gothique

Dimensions

hauteur 55 cm — profondeur 60 cm
hauteur 55 cm — largeur 35 cm — profondeur 25 cm

Numéro d'inventaire

B.1859.1

Identifiant Urban

36659
voir plus

Description

Cet ensemble en pierre calcaire d’Avesnes était destiné à l’ornementation du portail situé au rez-de-chaussée de la tour de l’Hôtel de Ville de Bruxelles. On considère actuellement que les prophètes appartiennent plutôt à la première phase de construction de l'hôtel de ville, soit vers 1400.  

Sept des huit vieillards sont barbus, coiffés d'un turban, vêtus de lourds manteaux, assis pour la plupart sur un trône. Ils présentent des phylactères aux visiteurs qui les regardent d'en bas. Le huitième est plus jeune. Il est généralement appelé le scribe (son genou sert d'écritoire, il possède des pinceaux et un encrier).

Les représentations de prophètes sur le portail des édifices religieux sont très fréquentes en Europe occidentale dès l'époque romane. Ils représentent le lien entre l'Ancien et le Nouveau testament; ils sont fréquemment associés aux apôtres et sont considérés comme les gardiens de principes moraux. Sur un édifice civil, ils servent à rappeler aux représentants de la société civile, qui siègent à l'hôtel de ville, leur responsabilité vis-à-vis de la ville et de ses citoyens. Les prophètes sont représentés assis, tenant leur phylactère en évidence sur leur genoux. Forte individualisation des sculptures tant par leur visage que par la variété de leur vêtement. 
Numéros de DI (K 1859-1-8) DIIII (K 1859-1-5) et GI (K 1859-1-1) et GIIII (K 1859-1-4) gravés au ciseau. Sur les prophètes DIIII et GIIII, cette inscription gravée est recoupée par la cavité exécutée pour permettre l'insertion des prophètes dans l'architecture. Cela indique que cette numérotation gravée est antérieure à la découpe de la cavité. 
Le prophète GII présente dans la nuque une fine marque gravée en forme de C ou de G (?) non identifiée. 

En 1858-1859, les statues des prophètes sont déposées dans les réserves communales et des copies pour l'hôtel de ville en sont exécutées par P.J. Sirjacques. Elles rentrent au Musée de la Ville de Bruxelles en 1915.

Sources

BODIAUX, Ch., Le portail de l'Hôtel de Ville de Bruxelles : icône de la sculpture bruxelloise vers 1400, dans Städel Jahrbuch, n° 18, 2001.
DEVIGNE, Marguerite, Quelques sculptures conservées au Musée communal de Bruxelles. Bruxelles : Société des Amis du Musée Communal, 1937.
KOECHLIN, R., La Sculpture belge et les influences françaises aux XIIIe et XIVe siècle. Paris : Gazette des Beaux-Arts, 1903.
MORAND, K., Claus Sluter : the early years, dans Liber Amicorum Herman Liebaers, 1984.
ROGGEN, D., VERLEYEN, L., De portaalsculpturen van het Brusselse stadhuis, dans Gentse Bijdragen tot de Kunstgeschiedenis, 1934.
STEYAERT, J., Laatgotische beeldhouwkunst in Burgondische Nederlander. Gent : Tahon Vanroose, 1994.
STEYAERT, J., Sculptures of St Martin's in Halle and related Netherlandish works. University of Michigan, 1975.
Crédits

Discussion