Datation

Entre 1834 et 1915

Type d'objet

Style

réalisme

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

"S75" (inscription : au dos - écrit)
"220" (inscription : au dos - écrit sur étiquette)

Dimensions

hauteur 42.5 cm — largeur 53.5 cm

Numéro d'inventaire

1172T

Identifiant Urban

42676
voir plus

Description

Le château visible à droite sur la toile, fut érigé dans la première moitié du XVIe siècle par la famille de Cortenbach, à Haren. Le bâtiment fut démoli en 1920.

Dans cette peinture à la composition serrée, le point focal se situe à mi-distance entre l'arbre majestueux au premier plan et la façade ombragée au second plan. Les ombres sans contrastes s’harmonisent avec la lumière diffuse et confèrent à l'œuvre un charme désuet et mystérieux. Cet effet de crépuscule atteste du talent de Speekaert à manier la couleur et à jouer avec les valeurs.

Cette toile fut présentée en 1898, à l’exposition individuelle que l’artiste organisa dans son hôtel particulier de l’avenue de la Toison d’Or à Saint-Gilles. Théodore Hannon, directeur de la revue L’Illustration, écrit à propos de cette œuvre : « Jamais la facture habituelle du peintre ne fut aussi spirituelle. C’est cette belle décision de la première heure, où le peintre, en quelques traits hardis, s’applique à dégager le caractère, l’âme du site, et le résume avec un bonheur, une largeur, une franchise qui se perdent souvent dans un travail plus minutieux ». (« Léopold Speekaert », L’Illustration, 2 mai, 1898, Bruxelles, p.13).

Auteur : Association du Patrimoine artistique, C. Ekonomides, 2020

Sources

Musée Speekaert (catalogue), Saint-Gilles-lez-Bruxelles, p.14, n°76.

HANNON, Th., « Léopold Speekaert », L’Illustration, 2 mai, 1898, Bruxelles, pp. 12, 13.

MAUS, O., « Léopold Speekaert », L’Art Moderne, 24 avril 1898, pp. 131,132.

BENSUS, M., « Type d’aujourd’hui, Léopold Speekaert », Le Bruxellois, 2 avril 1918, s.p

Voir la fiche originale de cet objet : balat.kikirpa.be

Crédits

Discussion