Datation

Entre 1904 et 1905

Type d'objet

Style

réalisme

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

"Eug. Broerman" (signature : en bas Ă  droite - Ă©crit)
"1904-5" (datation : en bas Ă  droite - Ă©crit)
"Bons souhaits pour 1905 à Mr l'Echevin Bréart / Eug. Broerman" (inscription : en bas - écrit)

Dimensions

hauteur 52 cm — largeur 42 cm

Identifiant Urban

42722
voir plus

Description

De 1873 Ă  1881, Eugène Broerman suit les cours de dessin et de peinture Ă  l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles dans l’atelier de Jean Portaels, dont il subit l’influence. En 1881, il remporte le prix Godecharle, grâce auquel il séjourne Ă  Rome durant plusieurs années. Il y découvre les grands maĂ®tres italiens des XVIe et XVIIe siècles qui le marquent particulièrement. L’art, selon lui, devrait retrouver le rĂ´le éducateur qu’il occupait Ă  la Renaissance.

Eugène Broerman avait son atelier Ă  Saint-Gilles, place Antoine Delporte. En 1894, avec un groupe d’artistes et d’hommes politiques, il fonde le cercle de l’Œuvre Nationale de l’Art appliqué Ă  la rue et aux objets d’utilité publique. Grâce Ă  cette initiative, il bénéficie de nombreuses commandes publiques. La décoration de la salle du conseil de l’hĂ´tel de ville de Saint-Gilles est certainement l’un de ses projets les plus aboutis. Avec un moindre retentissement peut-ĂŞtre que la décoration, mais avec la mĂŞme ferveur, Eugène Broerman pratiqua également l’art du portrait. Outre les nombreux dessins et peintures des membres de sa famille, l’artiste nous a laissé maints portraits d’une grande qualité d’observation et d’exécution. C’est toutefois la Galerie des célébrités nationales, réalisée en 1892 et 1893 pour la salle des conférences du Musée Moderne de Bruxelles, qui établira sa réputation de portraitiste. Il s’agit d’une série de portraits au fusain, grandeur nature, de cinquante-quatre personnalités belges du monde scientifique, politique et culturel.

Autoportrait est réalisé vers 1905. Eugène Broerman est alors au sommet de sa carrière de peintre. Le regard pensif et la tĂŞte appuyée sur la main focalise l’attention. Le tracé des lèvres donne Ă  sa bouche une expression concentrée. Cet Autoportrait montre l’artiste dans un moment de réflexion et de méditation.

Auteur : Association du Patrimoine artistique, C. Ekonomides, 2020

Sources

Sur le peintre :

L’Art Public - Revue de l’Institut International d’Art Public, tomes I à XII, 1907-1912, s.p.

GILLE, Ph., « Un Panthéon belge Â», Le Figaro, 22 novembre 1893, 3e série, n° 326-3, s.p.

HYMANS, H., Biographies d’artistes belges, 2e partie, Bruxelles, 1920, p. 113 et 114. 

Exposition rétrospective de l’œuvre d’Eugène Broerman dans ses ateliers, Bruxelles 1880-1930 (catalogue), Bruxelles, 1930, p. 1 Ă  30.
EYLENBOSCH, A., Hôtel de Ville de Saint-Gilles. Un lieu. Des thèmes. Les Hommes, Saint-Gilles, 1988, p. 1 à 44.
FONTEYNE, P., La vie et l’œuvre d’Eugène Broerman, 1861-1932, mémoire dactylographie, Bruxelles, 2000, p. 1 Ă  40 ; 
Eugène Broerman, Une moderne allégorie – Een moderne allegorie, peintures et dessins – schilderijen en tekeningen, 1864-1932, HĂ´tel de Ville de Saint-Gilles, 26 juin au 11 juillet 2004, (dans le cadre de la célébration du Centenaire de l’HĂ´tel de Ville), p. 1 Ă  47.

Voir la fiche originale de cet objet : balat.kikirpa.be

Crédits

Discussion