Datation

1892

Type d'objet

Ensemble

The Faerie Queens

Exposition

Decadence and Dark Dreams. Belgian Symbolism, 18 septembre 2020 — 17 janvier 2021
Fernand Khnopff (1858-1921). Le maĂźtre de l'Ă©nigme, 11 dĂ©cembre 2018 — 17 mars 2019

Inscriptions

"FERNAND KHNOPFF" (en bas Ă  droite)

Dimensions

hauteur 150.8 cm — largeur 45 cm

Numéro d'inventaire

GC 176

Identifiant Urban

40768
voir plus

Description


Peints en 1892, Acrasia et Britomart s'inspirent de deux personnages féminins de The Faerie Queen de Edmund Spenser. Fernand Khnopff renoue ici avec l'inspiration féerique des légendes anglaises qui avait attiré les préraphaélites auprĂšs desquels il a largement puisé son inspiration. Acrasia y incarne les égarements de la chair et Britomart la fidélité conjugale. La symbolique passe chez Khnopff par le vĂȘtement: le voile qui révĂšle en transparence la nudité offerte pour l'une, l'éclat en surface de l'armure impénétrable pour l'autre. Si a silhouette d'Acrasia absorbe le regard dans les blondeurs diffuses d'un corps laiteux, Britomart se réfugie derriĂšre une armure qui renvoie le regard Ă  l'instar d'un miroir. La femme voluptueuse répond au chevalier androgyne. Les deux femmes se détachent d'un mĂȘme fond vert. Leur geste est identique et renvoie l'un Ă  l'autre. Les deux figures arborent la mĂȘme criniĂšre rousse. Acrasia prend des accents démoniaques proches des femmes de Klimt, Britomart a la pureté mélancolique des chevaliers errants de Burne-Jones. Mais le regard des deux femmes trahit un désir différent qui passe, invariablement, par l'assomption du moi. De part et d'autre, le bleu joue son plein rĂŽle: voile onirique chez la tentatrice, ornement de l'armure chez l'autre. Il incarne Ă  la fois le rĂȘve et l'esprit. Enfin, les deux Ɠuvres - de mĂȘme format - étaient placées Ă  l'origine dans le mĂȘme encadrement néogothique qui renforçait encore le caractĂšre médiéval propre au climat des féeries légendaires chĂšres aux préraphaélites. (d'aprĂšs Michel Draguet in 20 chefs-d'oeuvre de la collection Gillion Crowet)

Sources

DRAGUET, M., 20 chefs-d'oeuvre de la collection Gillion Crowet / 20 meesterwerken van de verzameling Gillion Crowet , catalogue d'exposition/ tentoonstellingcatalogus, Bruxelles, 2006, p. 48-49.

Crédits

Discussion