Datation

1880 (circa)

Type d'objet

Style

réalisme

Lieu de création

Bruxelles

Dimensions

hauteur 31 cm — largeur 38 cm

Numéro d'inventaire

1261T

Identifiant Urban

42669
voir plus

Description

Ce tableau représente le Grand Étang ou l’Étang Saint-Pierre à Uccle. Léopold Speekaert découvre ces lieux en 1880, lors de ses longues marches solitaires dans la campagne bruxelloise. Dès son plus jeune âge, la pratique de la marche faisait partie de ses occupations quotidiennes. Exercice obligatoire afin de remédier à une santé délicate due à une grave maladie contractée enfant. Le nombre de tableaux que l’artiste réalisa dans les environs de Saint-Job montre son intérêt pour cet endroit. À travers ces pochades pleines de verve et de poésie, l’artiste ne cesse de renouveler son vocabulaire artistique : compositions audacieuses, jeux de lumière, richesse des tons gris. On ressent déjà dans cette œuvre les prémices d’une peinture nouvelle qui cherche à s’affranchir du naturalisme conventionnel de sa première période. Devant cette nouvelle orientation du peintre, certains critiques d’art de l’époque, ne sachant quel parti prendre, celui des progressistes ou celui des conservateurs, s’interrogent sur le réel progrès de l’artiste. Ainsi le critique d’art Ernest Verlant aborde les paysages ucclois de Speekaert sous un angle particulier : « La vision, là et partout, est très sincère, ce qui, au surplus, ne l’empêche pas d’être assujettie à un certain parti pris de dominante grise, de coloration argentine et nacrée, commune à divers peintres contemporains de M. Speekaert, mais que nul peut-être n’a préféré avec autant d’obstination, et quelquefois de monotonie. » (E.V. Journal de Bruxelles, Exposition L. Speekaert, 22 avril 1898, s.p.).

Auteur : Association du Patrimoine artistique, C. Ekonomides, 2020

Sources

Musée Speekaert (catalogue), Saint-Gilles-lez-Bruxelles, p.15, n°86.

LOUIS, E., « Léopold Speekaert », Fédération Artistique, 1 mai 1898, Anvers, pp. 227, 228.
MECOENAS (Théodore Hannon), « Léopold Speekaert », La Chronique, 22 avril, 1898, s.p.
MAUS, O., « Léopold Speekaert », L’Art Moderne, 24 avril 1898, pp. 131,132.
BENSUS, M., « Type d’aujourd’hui, Léopold Speekaert », Le Bruxellois, 2 avril 1918, s.p.
CHARRON, N., « Le Musée Speekaert », Touring Club de Belgique, 17 septembre 1937, p. 273-276

Voir la fiche originale de cet objet : balat.kikirpa.be

Crédits

Discussion