Datation

1900

Type d'objet

Style

symbolisme

Exposition

Decadence and Dark Dreams. Belgian Symbolism, 18 septembre 2020 — 17 janvier 2021

Inscriptions

"b.g.: Jean Delville "

Dimensions

avec cadre et protection arrière hauteur 257.2 cm — largeur 171.6 cm — profondeur 6 cm
sans cadre hauteur 236.2 cm — largeur 151 cm

Numéro d'inventaire

CC 827

Identifiant Urban

28018
voir plus

Description

L’œuvre L’Amour des âmes est une incarnation exemplaire de l’esthétique idéaliste de l’époque, que Jean Delville découvre à Paris, au milieu des années 1880. En se frottant au symbolisme, mouvement auquel appartient Sâr Peladan, le fondateur de l’ordre philosophique de la Rose Croix, il se détache du naturalisme qu’il pratiquait alors. Dans son travail, l’artiste exprime un univers spirituel et une recherche d’harmonie entre les couleurs et le mouvement.

 

Les amoureux, représentés dans le tableau, sont les deux moitiés d’un être androgyne. Evoqué par Platon dans le Banquet, l’histoire relate que cette espèce humaine fait d’un homme et d’une femme réunis, avait provoqué la colère des dieux. Pour les punir, Zeus les sépara en deux moitiés qui n’ont de cesse de chercher à se réunir, dans une recherche de l’âme sœur.Ce thème incarne les idéaux symbolistes et connaît une réhabilitation à la fin du 19e siècle, notamment grâce à Richard Wagner,dansTrisant & Iseult, ou à des artistes comme Fernand Khnopff.

Sur la toile, les formes courbes et sensuelles sont caractéristiques de l’Art Nouveau. L’opposition entre les couleurs froides et le jet de couleurs chaudes, au milieu, symbolise la polarité des deux sexes. L’usage de la tempera, une peinture à l’œuf et à l’huile appliquée en couches translucides, crée pour sa part profondeur et raffinement dans les tons.

Sources

 

d'HUART, N. et FORNARI, B, Musée communal d'Ixelles, Crédit Communal (Musea Nostra), Bruxelles, 1994, p.56.

 

ROBERTS, K.N., Quest for the beloved. Awakening Truth & Beauty through Mystical Petry,  CC Productions, Halesworth, 1998 (couverture).

 

CAMPBELL, K., Mysticism, Science and Technology, in "Exposure", vol.31 1/2, 1997, p.16.

 

THÉRIEN, C., Anthologie de la littérature d'expression française du réalisme à la période contemporaine,  Les éditions CEC, Anjou (Québec)? 1998, p.50.

 

WATERFIELD, R., Khalil Gibran. Un prophète et son temps, Fides, 2000, entre pp. 192-193.

 

DALEMANS, R., Ombre et lumière. La peinture en Belgique aux XVIIe & XIXe siècles,  Éditions Artis-Historia, 2000, p.112.

 

McKENZIE, R., The Flower and the Green Leaf. Glasgow School of Art in the time of Charles Rennie Mackintosh, Luath Press Limited, Edinburgh, 2009, p.60.

 

DRAGUET, M., Le symbolisme en Belgique, Fonds Mercator / Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, 2010, p. 273.

 

FAUCHEREAU, S. (dir.), L’Europe des esprits ou la fascination de l’occulte, 1750-1950, Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, édition des Musées de Strasbourg, 2011, p. 170.

Crédits

Discussion