Datation

1901

Type d'objet

Inscriptions

"Alb. Dillens. St Gilles" (signature : en bas Ă  droite - Ă©crit)
"1901" (datation : en bas Ă  droite - Ă©crit)

Dimensions

hauteur 27 cm — largeur 37.5 cm

Numéro d'inventaire

1005D

Identifiant Urban

42709
voir plus

Description

Village encore modeste au XVIIIe siĂšcle, Saint-Gilles a été progressivement urbanisé entre les années 1850 et 1925. Les archives du collĂšge (1913-1914) attestent le souci de garder trace de ce passé, notamment par des photographies et par la commande de représentations artistiques auprĂšs d’Albert Dillens. Fruits de ces projets, six belles aquarelles du peintre, représentant l’atmosphĂšre pittoresque du Vieux Saint-Gilles disparu, sont exposées dans la salle CérĂšs de l’hĂŽtel de ville. De dimensions similaires, elles s’organisent en paires chronologiques : 1901 (inv. 1005D, 1008D), 1902 (inv.  1007D, 1004D) et 1914 (inv. 1002D, 1003D).

Le mode d’acquisition des paires de 1901 et 1902 n’est pas clair. Dans un rapport du CollĂšge du 29/12/1913, Ă  propos de la commande au peintre de quatre aquarelles du Vieux Saint-Gilles, le chef du Secrétariat de l’hĂŽtel de Ville, Mr Narcisse, écrit que l’artiste : ‘(
) a déjĂ  peint pour nous les vestiges du vieux Saint-Gilles avant la création de ses nouveaux quartiers’. On suppose que les aquarelles de 1901 et 1902 font partie de ces travaux antérieurs et ont été achetées, voire commandées, par la Commune.

Ces quatre aquarelles partagent le mĂȘme papier clair Ă  gros grain et un graphisme sobre, animé de petites touches pour les détails des briques, des tuiles et de la végétation. Les Ɠuvres de 1901, dont celle-ci, offrent un point de vue depuis la rue sur les façades blanchies des anciennes maisons et leur pignon en brique rouge. On pourrait se croire Ă  la campagne, si la densité des bĂątisses en arriĂšre-plan n’était si forte. Sur cette vue, l’effet champĂȘtre est accentué par la silhouette schématisée d’un homme poussant une brouette, et par les bas-cĂŽtés herbeux formant un talus. Bien que l’attention porte sur le décor, le personnage rappelle les scĂšnes de genre typiques du peintre.

Albert Dillens fut l’élĂšve de son pĂšre, Henri (1821-1877), spécialiste de scĂšnes de genre historiques (comme l’oncle, Adolf, 1821-1877). Il se distingua comme peintre de scĂšnes de genre, paysagiste et portraitiste, notamment de la famille royale. Il participa réguliĂšrement aux salons triennaux de Bruxelles, de Gand et d’Anvers, entre 1862 et 1874, et exposa Ă  Londres en 1874. Son frĂšre Julien (1849-1904), sculpteur de renom, est l’auteur de La Porteuse d’Eau de la BarriĂšre de Saint-Gilles.


Auteur : Association du Patrimoine artistique, D. Tonglet, 2020

Sources

Archives administration communale de Saint-Gilles, s.n.

Sur le peintre : 

COSIJN, A. J., « Driejaarlijksche Tentoonstelling te Gent Â», De Vlaamsche Kunstbode 7, 1877, p. 499.

FILIPPO, F.W., Lexicon of the Belgian romantic painters, Anvers, 1981, s.n.

BERKO, P., BERKO, V., Dictionary of Belgian painters born between 1750 & 1875, Bruxelles, 1981, p. 252.

PAS, W. et T., Biografisch lexicon plastische kunst in België. Schilders, beeldbouwers, grafici, 1830-2000, Anvers, 2000, p. 321, 323.

Voir aussi (date de mort) RKD Netherlands Institute for Art History : https://rkd.nl/en/explore/artists/23188, consulté le 02/11/2020.

Sur les développements de Saint-Gilles : 
VANDEWATTYNE, C., Saint-Gilles : de la porte de Hal à la prison, Bruxelles, 1997.

Voir la fiche originale de cet objet : balat.kikirpa.be

Crédits

Discussion