Emplacement

Maison du Roi, Réserves

Datation

1897

Type d'objet

Ensemble

59 aquarelles de Bruxelles par Carabain

Ensemble de 59 aquarelles de Bruxelles

La rue d'Isabelle

L'ancien entrepôt vu de la rue de l'Ophem

La rue Villa-Hermosa

La rue Terarken

La rue Ravenstein vue vers la rue Terarken

La rue Ravenstein, vers la rue Montagne de la Cour

La pompe de la rue Ravenstein

La rue Notre-Dame en direction de la Montagne de la Cour

La rue Notre-Dame en direction de la rue Terarken

La rue des Trois Têtes

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

La rue de la Clé

L'intérieur de l'impasse de l'Ormeau

L'entrée de l'impasse de l'Ormeau

La deuxième entrée de l’impasse de l’Ormeau

L'impasse de l'Arc-en-ciel

L'impasse du Roulier, rue de Flandre

Vue intérieure de l’impasse du Roulier, rue de Flandre

La rue Montagne de la Cour vue en direction du bas de la ville

La rue Montagne de la Cour vue de la rue de la Madeleine

La rue des Sols en direction du Cantersteen

La rue des Sols en direction de la rue Terarken

L’entrée de l’impasse de la Pervenche et de l’Enfer

L'impasse de l'Enfer

L'impasse de la Pervenche

La rue d'Alost

La rue du Bummel

L’impasse du Laboureur

Le couloir sud de l’impasse de la Perle-d’amour

Le couloir nord de l’impasse de la Perle-d’amour

La cour de l’impasse de la Perle-d’amour

Le portail d’entrée de la rue de la Cigogne, rue du Rempart des Moines

La rue d'Amsterdam et le bâtiment des douanes

L'ancien entrepôt vu du quai du Commerce

La rue des Moutons à Molenbeek

Le bassin du Commerce

Le bassin du Commerce

La Place du Grand Sablon et la fontaine

L’impasse Saint-Jacques

Le premier couloir latéral de l’impasse Saint-Jacques

La rue du Chien Marin

La rue du Pays de Liège

La rue du Rempart des Moines

La rue de la Cigogne vue depuis la rue de Flandre

La rue Montagne des Aveugles en direction de la rue du Marché au Bois

La rue du Temple

La rue du Faucon

La rue des Minimes près de l’ancien hôpital militaire

La rue des Minimes

L'impasse du Navire

L’église Saint-Nicolas et la Petite rue au Beurre

L’église Notre-Dame de Bon-Secours depuis la rue des Grands Carmes

La rue de l'Étuve

Le coin de la rue de la Grande Île et de la rue de l’Éclipse

L’angle de la rue Notre-Dame du Sommeil et de la rue Vandenbranden

Exposition

Bruxelles Jadis , 21 octobre 1994 — 06 novembre 1994

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

"12 x n° (?) Rue Montagne des Aveugles" (au dos de la feuille)
"J. Carabain" (en bas à droite )

Dimensions

hauteur 54.5 cm — largeur 32.5 cm
hauteur 55.8 cm — largeur 36 cm (feuille)

Numéro d'inventaire

L.1897.5

Identifiant Urban

51943
voir plus

Description

"Le territoire entre le Marché au Bois et la rue qui portait le nom de Montagne des Aveugles était à l’origine dénommé  Vlade ou Vladeberg. Le chemin qui venait de la colline reçut également cette dénomination bien qu’au XIIIe siècle il fût parfois déjà nommé Montagne des Aveugles. Si ce nom est à attribuer au fait que les aveugles et mendiants venaient y chercher refuge semble douteux. Au XVe siècle, le chemin était devenu une rue où les nobles de la cour de Bourgogne construisaient de prestigieux hôtels. Cette rue descendait du carrefour de la rue des Douze Apôtres avec la rue des Finances vers le Marché au Bois où depuis le XVe siècle on vendait du Bois. Là aussi s’élevaient de grandes demeures, dont celle de la famille d’Ursel. Leur hôtel reçut en 1711 un portail monumental. C’est ce bâtiment que nous voyons à l’arrière plan de l’aquarelle.

Au XIXe siècle, la rue Montagne des Aveugles était une rue bourgeoise avec des perrons en pierre bleue et quelques beaux magasins de bijoux, dentelles, chapeaux et gants. Carabain nous montre les derniers mètres de la rue du Marché au Bois et bien que les maisons soient toutes enduites de blanc, elles datent de différentes époques. Parmi les façades moulurées se trouve du côté gauche, un pignon à redents du XVIIe siècle.
Trois ans avant la suppression officielle de la rue Montagne des Aveugles en 1911 commença la démolition après laquelle les travaux de nivellement effacèrent définitivement le relief naturel. Toutes les maisons de la rue du Marché au Bois furent démolies sauf l’hôtel d’Ursel qui survécut aux transformations du quartier jusque dans les années 1960. Là où se trouvait jadis le Marché au Bois, s’élèvent maintenant le Central Gate (ex Building Shell) et à la place de l’Hôtel d’Ursel, le Central Plaza (ex Tour Lotto)." (1)

Sources

(1) TER ASSATOUROFF, Corinne, VREBOS, Martine, DEKNOP, Anne, GAUTHIER, Catherine. Bruxelles à l'aquarelle : Instantanés 1894-1897, Jacques Carabain. Bruxelles : Musée de la Ville de Bruxelles, 2010, p. 168-169. (Fontes Bruxellae, n°5).

Crédits

Discussion