Emplacement

Maison du Roi, Réserves

Datation

1897

Type d'objet

Ensemble

59 aquarelles de Bruxelles par Carabain

La rue Ravenstein vue vers la rue Terarken

La rue Ravenstein, vers la rue Montagne de la Cour

La pompe de la rue Ravenstein

La rue Notre-Dame en direction de la Montagne de la Cour

La rue Notre-Dame en direction de la rue Terarken

La rue des Trois Têtes

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

La rue de la Clé

L'entrée de l'impasse de l'Ormeau

La deuxième entrée de l’impasse de l’Ormeau

L'impasse de l'Arc-en-ciel

L'impasse du Roulier, rue de Flandre

Vue intérieure de l’impasse du Roulier, rue de Flandre

La rue Montagne de la Cour vue en direction du bas de la ville

La rue Montagne de la Cour vue de la rue de la Madeleine

La rue des Sols en direction du Cantersteen

La rue des Sols en direction de la rue Terarken

L'impasse de la Pervenche

La rue d'Alost

La rue du Bummel

L’impasse du Laboureur

Le couloir sud de l’impasse de la Perle-d’amour

Le couloir nord de l’impasse de la Perle-d’amour

La cour de l’impasse de la Perle-d’amour

Le portail d’entrée de la rue de la Cigogne, rue du Rempart des Moines

La rue d'Amsterdam et le bâtiment des douanes

L'ancien entrepôt vu du quai du Commerce

La rue des Moutons à Molenbeek

La Place du Grand Sablon et la fontaine

L’impasse Saint-Jacques

Le premier couloir latéral de l’impasse Saint-Jacques

La rue du Chien Marin

La rue du Pays de Liège

La rue du Rempart des Moines

La rue du Temple

La rue du Faucon

La rue des Minimes près de l’ancien hôpital militaire

La rue des Minimes

L'impasse du Navire

L’église Saint-Nicolas et la Petite rue au Beurre

L’église Notre-Dame de Bon-Secours depuis la rue des Grands Carmes

La rue de l'Étuve

Le coin de la rue de la Grande Île et de la rue de l’Éclipse

L’angle de la rue Notre-Dame du Sommeil et de la rue Vandenbranden

voir tout l'ensemble (59)

Matériaux

Exposition

Bruxelles Jadis , 21 octobre 1994 — 06 novembre 1994

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

"J. Carabain" (coin inférieur gauche)

Dimensions

hauteur 45.6 cm — largeur 64.5 cm (feuille)
hauteur 39.2 cm — largeur 44.5 cm

Numéro d'inventaire

L.1897.11

Identifiant Urban

51949
voir plus

Description

"La plus ancienne mention de l’église Saint-Nicolas remonte à 1172, mais sa date de fondation n’est pas connue. Son origine est certainement liée au développement de Bruxelles aux XIe et XIIe siècles. En effet, elle se trouve dans un quartier avec plusieurs places et marchés, pas loin du port de la Senne et de la Chaussée, et saint Nicolas était aussi le patron des commerçants. Devant l’église, construite entre le XIIe et le XVe siècle, une tour s’élevait dont la base était probablement plus ancienne. Elle avait certainement à l’origine une fonction défensive. L’église et la tour furent lourdement endommagées par le bombardement de 1695 et reconstruites. La tour s’écroula à nouveau en 1714, mais on décida alors de ne plus la remplacer.

Dès le XVe siècle le marché au beurre avait lieu sur la place de l’église et s’étendait le long du flanc ouest de l’église dans l’actuelle rue de Tabora. Un petit cimetière jouxtait le flanc est jusqu’au XVIe siècle. Il fut remplacé par la rue du Curé. Dans le censier de 1681 elle est mentionnée comme la Cleyn Boterstraet (Petite rue au Beurre), parce qu’on y vendait aussi du beurre et que l’on voulait la différencier de la Groote Boterstraet (la Grande rue au Beurre, maintenant la rue au Beurre). Depuis 1851 elle s’appelle la Petite rue au Beurre. Elle relie la rue du Marché aux Herbes à la rue au Beurre.

C’est de cette dernière rue que l’artiste a choisi son point de vue. À gauche nous voyons l’église Saint-Nicolas et la rangée de maisons accolées au flanc sud et au chœur. Les maisons enduites de blanc avaient toutes à l’origine deux niveaux et des façades de style baroque classique de la fin du XVIIe – début du XVIIIe siècle, mais certaines ont été depuis surélevées. Entre les nos9 et 11 il y a une porte fermée de l’église. Le bâtiment au n°17 n’a qu’un niveau et l’habituelle lanterne au gaz pour l’éclairage de la voie publique est fixée contre sa façade. Au coin de la rue se trouve une colonne Morris. En face les maisons sont plus hautes et enduites de même. Elles datent de la fin du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle et subirent également des adaptations. En 1897 ces maisons étaient déjà des magasins pourvus de devantures en bois. Du côté gauche, trois bijoutiers sont établis. À droite la plupart vendent du vin et des spiritueux ou des biens d’alimentation. Chez « H. Desmedt » (sur le coin), on peut acheter du tissu au mètre et des vêtements, ce magasin est sis rue au Beurre, où l’on trouve les boutiques les unes après les autres. Jusqu’en 1919 la rue au Beurre ne finissait pas quelques mètres plus loin, mais faisait le tour de l’église pour aboutir au carrefour des rues du Marché aux Poulets, du Marché aux Herbes et des Fripiers.

La vue de la Petite rue au Beurre n’a guère changé et encore aujourd’hui des bijoutiers y ont leur commerce. Certaines façades du côté est ont reçu lors d’une restauration un nouveau pignon. La façade fin XVIIe siècle De Goude Huyve qui depuis 1929 se trouve au n°17, provient d’une maison qui autrefois se trouvait rue de l’étuve. Elle était trop large pour la place disponible et a du être un peu adaptée." (1)

Sources

(1) TER ASSATOUROFF, Corinne, VREBOS, Martine, DEKNOP, Anne, GAUTHIER, Catherine. Bruxelles à l'aquarelle : Instantanés 1894-1897, Jacques Carabain. Bruxelles : Musée de la Ville de Bruxelles, 2010, p. 112-113. (Fontes Bruxellae, n°5).

Crédits

Discussion