Emplacement

Maison du Roi, Réserves

Datation

1897

Type d'objet

Ensemble

59 aquarelles de Bruxelles par Carabain

La rue d'Isabelle

L'ancien entrepôt vu de la rue de l'Ophem

La rue de la Cigogne vue depuis la rue de Flandre

Ensemble de 59 aquarelles de Bruxelles

L’entrée de l’impasse de la Pervenche et de l’Enfer

La rue Villa-Hermosa

La rue Terarken

La rue Ravenstein vue vers la rue Terarken

La rue Ravenstein, vers la rue Montagne de la Cour

La pompe de la rue Ravenstein

La rue Notre-Dame en direction de la Montagne de la Cour

La rue Notre-Dame en direction de la rue Terarken

La rue des Trois Têtes

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

L'impasse Saint-Roch

La rue de la Clé

L'intérieur de l'impasse de l'Ormeau

L'entrée de l'impasse de l'Ormeau

La deuxième entrée de l’impasse de l’Ormeau

L'impasse de l'Arc-en-ciel

L'impasse du Roulier, rue de Flandre

Vue intérieure de l’impasse du Roulier, rue de Flandre

La rue Montagne de la Cour vue en direction du bas de la ville

La rue Montagne de la Cour vue de la rue de la Madeleine

La rue des Sols en direction du Cantersteen

La rue des Sols en direction de la rue Terarken

L'impasse de l'Enfer

L'impasse de la Pervenche

La rue d'Alost

La rue du Bummel

L’impasse du Laboureur

Le couloir sud de l’impasse de la Perle-d’amour

Le couloir nord de l’impasse de la Perle-d’amour

La cour de l’impasse de la Perle-d’amour

Le portail d’entrée de la rue de la Cigogne, rue du Rempart des Moines

La rue d'Amsterdam et le bâtiment des douanes

L'ancien entrepôt vu du quai du Commerce

La rue des Moutons à Molenbeek

Le bassin du Commerce

Le bassin du Commerce

La Place du Grand Sablon et la fontaine

L’impasse Saint-Jacques

Le premier couloir latéral de l’impasse Saint-Jacques

La rue du Chien Marin

La rue du Pays de Liège

La rue du Rempart des Moines

La rue Montagne des Aveugles en direction de la rue du Marché au Bois

La rue du Temple

La rue du Faucon

La rue des Minimes près de l’ancien hôpital militaire

La rue des Minimes

L'impasse du Navire

L’église Saint-Nicolas et la Petite rue au Beurre

L’église Notre-Dame de Bon-Secours depuis la rue des Grands Carmes

La rue de l'Étuve

Le coin de la rue de la Grande Île et de la rue de l’Éclipse

L’angle de la rue Notre-Dame du Sommeil et de la rue Vandenbranden

Matériaux

Exposition

Bruxelles Jadis , 21 octobre 1994 — 06 novembre 1994

Lieu de création

Bruxelles

Inscriptions

"J. Carabain" (coin inférieur droit)
"R.O."

Dimensions

hauteur 50.8 cm — largeur 30.8 cm
hauteur 59.5 cm — largeur 44 cm (feuille)

Numéro d'inventaire

L.1897.1

Identifiant Urban

51939
voir plus

Description

"Carabain a représenté la rue du Chien Marin, qui relie la rue de Flandre au quai aux Briques en direction de celui-ci. Du côté droit de la rue, on voit la chapelle Saint-Roch en pierre bleue de style baroque datée de 1767. A côté, au n° 17, se trouvait l’entrée du passage du Chien Marin, impasse sombre comptant cinq habitations. Certaines des façades chaulées au-dessus d’un soubassement goudronné sont ornées de plantes en pot placées dans des bacs à fleurs en bois. En 1897, cette rue populeuse comptait parmi ses habitants des ouvriers, mais aussi un ébéniste, un vannier, un vitrier, en plus de quelques petits magasins, cabarets et un entrepôt.
La rue du Chien Marin est la plus orientale des trois ruelles parallèles probablement creusées au XVIe siècle reliant la rue de Flandre au bassin des Marchands. Son nom témoigne de la trouvaille d’un squelette d’éléphant de mer lors du creusement du bassin en 1560-1561. La dénomination française « rue du Chien Marin » est une traduction littérale du nom flamand Zeehondstraat.
Dans les années soixante, de nombreuses maisons de la rue se trouvaient dans un état de délabrement avancé. L’impasse du Chien Marin fut condamnée en 1964 et ensuite démolie tout comme une grande partie des habitations représentées sur l’aquarelle. La potale Saint-Roch a été conservée, mais sans sa statuette, volée en 1971. Depuis, on a construit quelques nouvelles maisons et on en a rénové d’autres, mais aujourd’hui, tous les signes de décrépitude n’ont pas encore disparu. L’unité de ce site est définitivement perdue.1"

Sources

1TER ASSATOUROFF, Corinne, VREBOS, Martine, DEKNOP, Anne, GAUTHIER, Catherine. Bruxelles à l'aquarelle : Instantanés 1894-1897, Jacques CarabainBruxelles : Musée de la Ville de Bruxelles, 2010, p. 66-67. (Fontes Bruxellæ ; 5). 


Crédits

Discussion